Francis blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Nanofictions

Fil des billets

mardi, 18 janvier 2011

Ah ! L'amour

velotraining.gif

A chaque fois que je vais à la gym, je la vois.
Grimpée sur un vélo ou courant sur le tapis.
La quarantaine - si c'est cinquante bravo -, blondifiée par le coiffeur du coin, mince sans trop, le visage souriant, la langue bien pendue.
Je ne sais pas où elle va chercher son souffle mais il n'est un obstacle ni aux voyelles, ni aux consonnes.
Les autres, quels qu'ils soient, ont droit à ses commentaires sur sa vie, ses 12 grammes en trop, le cholestérol qui s'installe malgré un régime draconien ponctué de phases dépressives à base de noix de cajou et de cacahuètes grillées salées - c'est moins gras.
Pudiques, nous opinons du chef à un rythme régulier - faut rester poli -, souffle court, économisant l'oxygène.
Elle ne parlerait pas si fort si la radio FM locale, branchée en permanence, ne lui faisait une concurrence déloyale.
Obispo contre la dame véloce, c'est un combat permanent.
Et puis l'autre jour, prélude à l'après-midi d'aphone, plus rien, le regard droit devant, lèvres serrées, accrochée au guidon.
Étonnement, regards en biais, mutisme général, ambiance gênée, malaise. Pas habitués.
Goldman nous informe pour la millionième fois, qu'«elle a fait un bébé toute seule». Ah bon !
Un grand garçon plié sur son rameur, profitant d'un léger calme radiophonique, tente un « ça va Madame ? ».
Et c'est le déferlement.
Elle en a marre, son cholestérol est toujours là, elle a repris un kilo et son mari lui a fait remarquer.
Même que c'est un bel homme son mari, séduisant et tout, sportif, musclé.
Elle accélère, accélère et complète, entre deux halètements, le portrait du monsieur. Ralentit, puis conclut « il est dur mon mari ».
Je ne l'ai pas vu venir, c'est sorti tout seul, je lui ai dit péremptoire « mais changez de mari ! ». De quoi je me mêle.
Elle se met en roue libre, se tourne vers moi et murmure : « J'ai déjà changé deux fois ».
La radio nous annonce que Céline Dion a eu des jumeaux.

mardi, 9 novembre 2010

Eutique

Actes des apôtres 20.6 *

Au bout de cinq jours nous venons à Troas, où nous passons sept jours.
Et c'est le premier jour après le shabat.
Nous nous rassemblons pour partager le pain.
Paulos s'entretient avec eux. Il doit sortir le lendemain,
mais il prolonge la parole jusqu'à minuit.
Il y a un bon nombre de lampes à l'étage où nous sommes rassemblés.
Un jeune nomme nommé Eutychos, assis sur la fenêtre,
est pris par un profond sommeil.
Paulos discourt toujours.
Entraîné par le sommeil, il tombe du troisième étage en bas.
Ils le relèvent mort.
Paulos descend, se penche sur lui, l'étreint et dit :
«Ne vous affolez pas : oui son être est en lui.»
Il monte ensuite, partage le pain, mange,
et converse d'abondance avec eux jusqu'à l'aube. Puis il sort.
Ils emmènent le garçon vivant, et ils sont réconfortés sans mesure.


Eutique
Saint Paul devant le corps d'Eutique qu'il va ressusciter - Gian Domenico Tiepolo

Paul voyage. Il arrive en fin de soirée à Troie. Sôpatros, le fils de Pyrrhos, de Bérée, Aristarchos et Secondus de Thessalonique, Galus de Derbé et Timotheos, les asiates Tychicos et Trophinos l'ont précédé et sont venus l'écouter.
Ils partagent le pain puis Paul parle jusqu'à minuit.
Mais Eutique, adolescent, assis sur le bord de la fenêtre du troisième étage, n'écoute plus. Il a sommeil, très sommeil.
Tellement sommeil qu'il s'endort, perd l'équilibre, tombe, s'écrase au sol et meurt.
Grand émoi dans l'assistance, tout le monde descend, en courant bien sur !
Paul ne s'émeut pas pour autant, descend, l'étreint, le ressuscite, et hop ! remonte dérechef au troisième, repartage le pain, et parle, parle encore jusqu'à l'aube. Épuisant.
L'assistance est-elle encore en état de l'écouter après une nuit de prêche, un mort, une résurrection ? Du banal quoi !
Pas sur. Mais tout va bien, ils emmènent le garçon, il est vivant et Paul est parti. Ouf !
Quelle énergie et quel bavard ce Paul depuis que les écailles lui sont tombées des yeux !
Il valait sans doute mieux ne pas le croiser, avant sa chute (et sa renaissance) sur le chemin de Damas, quand il était encore persécuteur des premiers disciples de Jésus.

* D'après la Bible Chouraqui